«Le Grand Portrait»

« Le Grand Portrait »

« Le Grand Portrait »* est l’outil fondamental de toutes les activités de Personocratia. 
C’est une carte routière qui me dit d’où je viens, où je suis, où je vais.
 Il me permet d’identifier mon niveau de conscience en toute circonstance.
 Il sert à transformer mon inconscience illusoire en une conscience de la réalité.

6x9GPsite

Lire les lignes à l’horizontal, de gauche à droite, de haut en bas.

• Ligne 1 : Quatre animaux, un animal par niveau de conscience.
Le mouton est inconscient de la réalité. Le blanc plus que le noir.
 Il vit dans l’illusion d’être un mouton. Il a oublié qui il était. 
La jument est consciente de la réalité. Elle se souvient de qui elle est.
 La jument souveraine y renaît; la jument ailée le réalise.

• Ligne 2 : Chaque animal pense/parle/agit selon son niveau de conscience.
Qu’il soit dans l’inaction ou dans la réaction, le mouton survit ...et meurt.
 Tantôt dans l’action, tantôt dans la création, la jument vit ...sans limites.

• Lignes 3 et 4 : La relation avec l’autorité varie selon l’animal.
Le mouton est inconscient de sa diessité intérieure. 
L’autorité suprême est extérieure à lui. Il est la créature d’un créateur extérieur. 
Il croit en la hiérarchie supérieur/inférieur. Les moutons sont inégaux.
 Il a besoin du troupeau pour sa sécurité et du berger pour sa protection.
 Parfois soumis, parfois insoumis, le mouton obéit aux autorités extérieures.
La jument est consciente de sa diessité intérieure.
 L’autorité suprême est en elle. Elle est sa créatrice et sa créature à la fois.
 Elle croit en l’égalité (être) et en l’équité (avoir) de tous les individus.
 Elle ne fait partie d’aucun troupeau. Elle fait “jument-cavalière” seule (UNE). 
Elle est sa propre souveraine et n’obéit qu’à sa conscience. 
Elle est diessique, elle est TOUT, elle est solidaire de l’univers.

• Ligne 5 : Mourir de peur ou vivre d’amour ? Le mouton a peur. Il est l’esclave de ses supérieurs. Il obéit à leur loi..
 Obéissant, il reçoit des carottes. Désobéissant, il reçoit des coups de bâton. La jument s’aime. Elle est libre. Elle obéit à sa conscience.
 Son amour l’illumine et illumine les autres. L’amour est contagieux.

TRANSFORMATION
 : Le noeud se trouve dans la décision de mourir au mouton pour renaître à la jument.

• Lignes 6 et 7 : Victime impuissante ou créatrice toute-puissante ?
Le mouton inconscient de sa nature diessique vit dans l’impuissance.
 Il croit que la victime, le sauveur et le coupable sont 3 personnes différentes.
 Il joue son rôle dans la souffrance. Il subit la survie qui est une tragédie.
La jument consciente de sa nature diessique vit dans la toute-puissance. 
Elle sait qu’elle est à la fois créatrice, responsable et garante de tout ce qui lui arrive.
 Elle vit dans la joie de ses créations. Elle rit de la vie qui est une comédie.

• Ligne 8 : Faire la guerre ou vivre en paix ?
Le mouton est en guerre. Tantôt il attaque, tantôt il se défend. Il lutte.
 Plus il se bat... plus il génère de violence... plus il se bat. Le désordre progresse.
La jument est en paix à l’intérieur et à l’extérieur.
 Son être et son avoir sont en harmonie. Elle rétablit l’ordre diessique.
 Elle répand l’amour en elle et amène la paix mondiale.

• Ligne 9 : Tout est vibration dont la fréquence dépend du niveau de conscience.
Le mouton vibre à la fréquence de la matière; il est en disharmonie avec sa diessité.
La jument vibre à la fréquence de l’esprit; elle est en harmonie avec sa diessité.
 Elle fusionne l’esprit et la matière et elle finit ainsi par marcher et voler à la fois.

* Le Grand Portrait est tiré du livre Que Diable suis-je venue faire sur cette terre ? M’accomplir ! de Ghislaine Saint-Pierre Lanctôt.