Qui suis-je ?

Qui suis-je ?

Je suis un être humain, me dit-on. « Être » identifie l’esprit créateur et « humain » (humus/terre), la matière créée. Je suis donc la créatrice suprême de l’univers et sa créature à la fois. Voilà mon identité véritable.

Or, en plongeant dans la matière inconsciente, j’ai oublié qui j’étais. Un petit coquin, le « dieu du mensonge », en profita pour usurper mon pouvoir souverain.  Il me convainquit que je n’étais qu’une pauvre créature impuissante qui a besoin de sécurité et de protection.

Il établit une hiérarchie du sommet de laquelle il règne sur la terre par ses représentants invisibles et visibles. À la base de la pyramide, ses esclaves humains vivent dans la peur permanente d’un grand patron mensonger nommé Dieu, Allah, Yahvé, Satan, Lucifer, Nature, Hasard, Science. Je l’ai cru. Je ne le crois plus. J’ai choisi le chemin de Personocratia.

Personocratia se souvient de qui elle est, et agit en conséquence. Au fur et à mesure qu’elle progresse dans sa conscience-de-vérité, le vieux monde de mensonge – avec son dieu – s’effondre et fait apparaître au grand jour l’être suprême qui réside au fond de tout être humain. Telle est la signification du disque de Personocratia : l’être humain transformé. Ses trois corps (physique, vital et mental) sont alignés sur la gouvernance de l’âme et le règne de l’esprit.

Les personocratias sont reliées par la conscience d’être un seul et même esprit. C’est la communion d’esprit.

Personocratia adapte son nom et son vocabulaire à cette nouvelle conscience.

Personocratia signifie le pouvoir de gouverner (-cratie) de la personne (persono-) souveraine.

Personocratia désigne toute personne (toi et moi) qui se souvient de qui elle est, Diesse★, et qui se comporte comme telle au quotidien.

Personocratia consiste en une conscience à deux composantes indispensables et interdépendantes l’une de l’autre : la vision et l’action. Elle voit les choses différemment et elle agit en concordance.

Diesse : Combinaison des mots « dieu » et « déesse », c’est le nom que Personocratia donne à l’être suprême inhérent à tout ce qui existe. Hors séparation esprit et matière, Diesse est à la fois l’esprit créateur et la matière créée. Par conséquent, toute personne est créatrice de l’univers, qu’elle le sache ou non. Personocratia le sait et le démontre dans ses gestes quotidiens.

Quant au mot « diessité », il définit le prochain règne post-animal vers lequel évolue l’humanité. La diessité se manifestera lorsque le gouvernement de la conscience aura remplacé le gouvernement de l’intelligence.